web reporter

Par Philippe Gerard le 24 février 2010

Web_reporter Tous paparazzi ! Ou bientôt. Le quotidien Metro incite les internautes à devenir… web reporters. En permettant à tous, de partager sur le site, photos ou vidéos d’actualité. Et de rémunérer les contributeurs, pour leurs clichés, à hauteur de 70 euros. A condition d'être choisi et publié à la "Une" du journal… De quoi faire grincer les dents de toute une profession.

metro reporter

MetroReporter. Le site du quotidien gratuit annonce la couleur : "metroreporter, c’est un nouveau service mis en place par Metro sur son site internet qui permettra à ses lecteurs de devenir des petits reporter en leur permettant de partager sur le site leurs photos ou leurs vidéos d’actualité."

le You du parisien

Dans la même lignée, le nouveau site communautaire d’information du quotidien Le Parisien est lancé sous le nom de YOU. Les internautes, web reporters amateurs, peuvent héberger leurs vidéos, photos et textes en lien avec une actualité ou un événement (comme Brad Pitt, sortant d’un magasin à Paris,… Dingue, non ?). Mais sur You, c’est juste pour le plaisir. Pas question d’argent. Ni d’être publié en "Une" du quotidien.

Voici

La première publication française à avoir proposé ce type de "service", c’est le magazine Voici, qui promet la même gloire à ses lecteurs : " Vous avez surpris Eva Longoria en pleine séance shopping à Paris ? Croisé Brad (encore lui !) et Angelina au supermarché du coin ? Posé votre serviette de plage à côté de Flavie Flament ? Vos photos nous intéressent ! Et peuvent vous rapporter gros."
Enfin, gros… 10 euros. Pour une photo publiée sur le site voici.fr (mais 50 € pour une vidéo). Et 100 € (tarif étudié cas par cas) au minimum, si votre photo est publiée dans le magazine papier (cela dit, le people-magazine, pour votre cliché ultime, n'évoque pas les défraiements, de transport et d'hébergement, vous rapprochant de la "Ferme Célébrités en Afrique"…).

tarifs Metro

Pour Métro, les tarifs sont plus chiches : 70 € pour la publication d’une photo à la Une de l’édition nationale. Et 40 € en pages intérieures. L'éditeur précise "qu’en réglant ce prix, Metro rémunère également la licence que vous lui consentez sur le site metrofrance.com (en dehors de l’espace communautaire Metro Reporter) et sa version mobile".  

725 €

En attendant, la Profession s'indigne. Comme en témoigne la réaction du site actuphoto
A titre de comparaison, le tarif — professionnel — d'une photo publiée en Une d'un journal ou d'un magazine à grand tirage (200 à 400 000 ex. ; ce qui est, largement, le cas de Metro ou de Voici) est estimé par le Syndicat national des journalistes (SNJ) à… 725 €. Sans qu'il s'agisse, forcément, d'Eva, de Brad (toujours) ou d'Angelina…

Alors, face aux paparazzi occasionnels, les photographes "pros" n'ont sans doute pas autant de souci à se faire… Mais ces nouveaux sites de partage de l’information, orchestrés par des médias en place, reposent la question du rôle de la presse

Paparazzi ?

Le mot provient du film La Dolce Vita (en 1960) de Federico Fellini dans lequel le héros, Marcello Mastroianni, est souvent accompagné d'un jeune photographe du nom de Paparazzo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jean-Marie Pruvost

Jean Marie Il y a 4 années (19h29)

Encore une occasion pour nos jeunes de délaisser le travail acharné et de croire qu'il suffit d'être footballeur, chanteur, et maintenant reporter pour se faire de l'argent facile. Au lieu de faire leurs devoirs il feront des clichés en traquant les scoop dans la ville...

Répondre