La bureautique s’installe dans les nuages

Par le 15 mai 2010

Les logiciels Word, Excel, Powerpoint seront disponibles gratuitement. Et en ligne. Microsoft, propose la nouvelle suite Office 2010, sans qu’il soit nécessaire de l’installer sur son PC. Il vous suffira d’accéder à ces applications familières, via le nuage Internet (le « cloud computing »). Microsoft réagit ainsi à la concurrence affichée de Google, et de sa suite bureautique gratuite — en ligne : Google Apps. Une solution qui a conquis nombre d’entreprises américaines. Et quelques précurseurs français, comme Valeo et Malakoff-Médéric.


Cloud-computing

Le Cloud computing, ou l’informatique dans les nuages

Grâce à la puissance du réseau et du haut-débit, plus besoin d’installer de logiciels, comme Word ou Excel, sur son ordinateur : il suffit de les utiliser en ligne… Comme d’autres applications informatiques. Et d’enregistrer ses documents, de la même façon : en ligne. Tout est disponible. Sur le réseau. Dans le nuage. Les PC et autres objets numériques ne servant plus qu’à se connecter. aux ressources informatiques et documentaires, aux logiciels, comme aux bases de données. Cette manière nouvelle de travailler, avec les outils du « nuage », est connue sous la poétique dénomination de Cloud computing, ou la plus triviale, mais équivalente : SaaS (Software as a Service).

Microsoft Office 2010 en ligne

La version de Microsoft Office 2010 en ligne, est donc prévue pour le mois de juin (pour le grand public) et déjà disponible, pour les entreprises, depuis le 12 mai. La version Cloud, gratuite (financée par la publicité) de la suite bureautique (allégée) sera proposée au sein de la plateforme Windows Live. Explications sur les nouveautés Office 2010 par Jean-Christophe Pitié, directeur de la division Office de Microsoft France, lors des récents TechDays 2010.

Google, de son côté, propose les mêmes services, depuis 2006, avec sa solution gratuite Google Apps. En 2009, 1,75 million d’entreprises l’auraient déjà adoptée…

La solution nomade

Point d’orgue de ces nouvelles solutions informatiques en ligne : Office 2010 et Google Apps s’adaptent à la réalité future des entreprises : le multimédia et le travail hors les murs. Avec ces solutions on-line, le bureau est partout. Dans le nuage, logiciels, applications métier, documents : tout y est, en permanence, disponibles et accessibles, quelque soit l’ordinateur. A l’heure où les utilisateurs disposent d’une multitude de machines (pc de bureau, ordinateur personnel, netbook, smartphone,…) et s’en servent de manière indifférenciée, selon les lieux et les circonstances; l’universalité du cloud computing apporte une réponse cruciale aux besoins naissants des entreprises 2.0.

Office 2010 ou Google Apps ?

Une récente enquête de Forrester Research auprès d’entreprises en Europe et en Amérique du Nord, relayée par le monde informatique, a montré que seuls 4% d’entre elles utilisaient les Google Apps tandis que 81% s’appuyaient sur Office 2007. Un constat, sans appel. Mais jusqu’à quand ?

Google conseille déjà, aux entreprises comme aux particuliers, de s’épargner la mise à niveau d’Office 2003/2007, vers Office 2010. Et de choisir plutôt, de migrer directement, vers Google Docs.
Selon le même Google, nul besoin donc de passer à Office 2010, quand Google Docs suffirait à en améliorer les applications. Pour convaincre, Google établit ce tableau comparatif.

Docs-vs-office

Valeo migre sur Google Apps

Les 30 000 salariés de l’équipementier automobile français, Valeo, pourront accéder aux applications Google apps depuis un ordinateur fixe ou portable et un terminal mobile. Dans son communiqué, Valeo déclare vouloir réduire ses coûts d’infrastructure bureautique, optimiser son efficacité administrative et améliorer la collaboration entre ses 193 entités dans 27 pays.

Cette version payante d’applications en ligne de communication et de collaboration (Gmail, Google Agenda, Docs, Sites, Talk…) est complétée d’outils de sécurité, d’interfaces de programmation (API) et de support. Une mise en place assurée, pour Valeo, par la SSII française Capgemini.

Le groupe Malakoff-Médéric passe à Gmail

De son côté, le groupe Malakoff-Médéric (6 000 collaborateurs), acteur majeur de la retraite complémentaire et de la protection sociale, a récemment choisi d’abandonner la messagerie Microsoft Exchange et la suite bureautique Office pour passer à l’offre en mode SaaS de Google Apps (Gmail, Google Calendar et Google Docs).

Des gains de productivité grâce aux fonctions de travail collaboratif

Le véritable objectif du projet réside dans les gains de productivité générés par la dimension travail collaboratif de la plate-forme de Google. « En permettant de travailler à plusieurs sur un même document, elle nous évitera de gérer de multiples versions, une tâche à laquelle les utilisateurs consacrent aujourd’hui beaucoup de temps« , donne en exemple Pol Evlard, directeur projets et systèmes d’information du Groupe Malakoff Médéric, dans une interview détailée sur le site indexel.

Apple et les objets mobiles

L’informatique dans les nuages, concept apparu des les années 2000, et promu alors par des sociétés comme Citrix, préfigurait déjà l’abandon des terminaux fixes, et leur remplacement futur par des objets pratiques, légers et mobiles; connectés au web, et à toutes les applications nécessaires, en ligne.

Apple aura eu le mérite de les inventer, et de les produire. Mac-book Air (800 grammes), I-phone, I-pad… Avec le succès que l’on connaît ; inspirant, l’imitation des autres constructeurs… Dont on espère, avec impatience, les répliques concurrentes.

En attendant, chacun porte son portable !

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

blog Office Il y a 7 années

A l’heure d’Office 2013 et d’Office 365 pour les petites et moyennes, Google a-t-il encore une chance de séduire un public de professionnels ? Quand on connait le peu de cas que Google fait de nos informations privées, on s’interroge franchement sur la pertinence et la crédibilité de son offre.

Répondre
    Philippe Gerard

    Philippe Gerard Il y a 7 années

    Google a certes été un précurseur dans les applications « Cloud » mais la récente affaire PRISM risque en effet de poser question sur sa gestion des données et leur confidentialité… Cela dit, Microsoft fait aussi partie de la liste des entreprises impliquées dans le programme de surveillance électronique américain !

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.