Les papy-boomers creusent la pyramide des âges

Par le 31 mars 2010

La prévision de l’Insee est sans appel : un tiers des personnes en emploi en 2005 aura quitté le marché du travail en 2020. Conséquence du Papy-boom. Les entreprises devront faire face à la perte des connaissances et des savoir-faire liées à l’expérience acquise par les seniors. Autrement dit, une opportunité, pour les générations montantes, de se propulser aux postes-clés. Et l’embarras du choix, pour les cadres aguerris, de mesurer leur expérience et leur salaire… Sur un marché plus concurrentiel que jamais.


Papyboom

Le choc des retraites

Selon le rapport de l’Insee, paru et septembre 2009, un tiers des personnes en emploi en 2005 aura pris sa retraite en 2020. Une proportion qui s’explique par le poids des « papy-boomers » dans le marché du travail. Un choc. Auquel les entreprises doivent se préparer.

Même si la plupart s’y attendent, avec lucidité, et mettent en place un transfert de connaissances et de compétences, détenues par les seniors; certaines feignent encore de l’ignorer. Découvrir l’article du journal du net.

Combler le trou de la pyramide des âges

Les entreprises — comme la société civile — devront faire face à ce « trou » dans la pyramide des âges. Résumé par la conjugaison de trois phénomènes :

•    L’arrivée massive des baby-boomers dans les années soixante-dix,
•    Le ralentissement économique et le gel des recrutements dans les années 80,
•    Le boom économique des années 2000 et le début de l’arrivée des Y en entreprise.

Un rapide et clair tour d’horizon, exposé dans ce billet  « Gestion des talents : les impacts du renouvellement générationnel« , paru sur le site lagenerationy.

Ou pour aller plus loin, ce document de l’INSEE :

Le rapport de l’Insee : « Départs du marché du travail dans les régions à l’horizon 2020 »

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.