Muse : logiciel de création web pour les graphistes

Par le 24 octobre 2011

Adobe lance un nouveau logiciel de création de sites web destiné aux graphistes : Muse. Un outil pour créer un site web, sans avoir à saisir une seule ligne de code. Premier retour d’expérience et tour d’horizon de ce nouvel éditeur de site web.

Adobe met à disposition des créateurs de sites web, en particulier les graphistes, un nouveau logiciel de mise en page web : Muse. Sous ce nom de code se cache un outil assez ressemblant aux outils classiques de PAO, comme InDesign. L’intérêt de ce logiciel réside justement dans une mise en page intuitive et visuelle, sans avoir à passer par l’écriture de code (bien que Muse utilise les derniers standards du web : HTML5 et CSS3).

Le logiciel Muse ne devrait pas sortir avant 2012 mais pour l’instant une version bêta est  téléchargeable gratuitement sur le site de l’éditeur. La version officielle devrait, elle, être payante et basée sur un modèle économique original puisque Muse devrait être commercialisé par abonnement (20$/mois).

Muse : un outil intuitif

A quoi ressemble Muse ? Bonne surprise, l’outil est intuitif et fonctionne bien, surtout depuis la mise à jour en beta 3, sortie fin septembre, qui a corrigé pas mal de bugs. L’interface générale du logiciel offre quatre modes d’affichage :

  • Plan
  • Design
  • Preview
  • Publish

Plan : l’arborescence du site et la création de maquettes

Logiciel Muse

 

Design : la mise en forme des pages avec les palettes

Muse : logiciel de création web pour les graphistes

 

 

Une interface inspirée de la Creative Suite

La création de site démarre avec une page d’accueil par défaut et une page de maquette dans la partie basse de l’écran. Le travail de mise en page s’accomplit d’abord logiquement sur la maquette que l’on applique ensuite aux pages. La création de page supplémentaire se fait par un clic sur le « + » à côté ou au-dessous de la page sélectionnée. On peut également créer plusieurs maquettes pour les différentes rubriques ou déclinaisons du site web.
Côté interface, les utilisateurs de la Creative Suite ne seront pas dépaysés en retrouvant le jeu de palettes sur le côté gauche de l’écran.

En outre, de nombreuses fonctionnalités prédéfinies permettent d’intégrer par exemple, des menus de navigation automatiques. Très pratiques, puisqu’ils reconnaissent d’emblée les pages créées dans le site, avec une sélection possible des niveaux. La mise en forme des menus se fait avec les options proposées dans la fenêtre de réglages. Ces menus sont accessibles à partir de la libraire de wigdets disponible dans Muse. On trouvera également des fonctions de diaporama, de panneaux, qui permettent des mises en page dynamiques et graphiques, par glisser-déposer, sans avoir à insérer de code javascript (jQuery).

Le déplacement des objets dans la page est facilité par des repères d’affichages et des règles mais surtout par des alignements automatiques entre ces différents objets. Ces ajustements « magnétiques » des objets dans la zone de travail rendent les manipulations très agréables.

PageMill, Golive, Dreamweaver… Muse ?

Muse s’inspire très clairement des outils éprouvés avec la CS5. On retrouve le confort d’utilisation des logiciels de mise en page dédiés au Print (XPress/InDesign).

Muse n’a toutefois pas la puissance d’un Dreamweaver qui reste un modèle et une référence pour la création de site web. Mais force est de constater qu’Adobe vise avec ce nouvel outil, Muse, un public de graphistes que l’éditeur avait un peu tendance à négliger ces derniers temps. Une annonce qui vient dans la foulée de celle de Edge, le logiciel d’animation web, également lancé par Adobe…

Reste que l’on ne voit pas bien comment ce nouveau logiciel de création web sera commercialisé aux côtés de la Creative Suite (ou avec elle ?) qui intègre déjà le logiciel-phare Dreamweaver. Les deux outils cohabiteront-ils, ou l’un disparaitra t-il au profit de l’autre ? Comme Adobe a déjà fait disparaître ses précédents éditeurs web Wysiwyg, PageMill, puis Golive… Pour n’en garde qu’un seul : Dreamweaver. Muse prendra t-il sa place ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Edge, le logiciel d’animation web

http://muse.adobe.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

gilles klein Il y a 7 années

Et la mise à jour des sites ?

Les sites statiques que l’on crée sans plus y toucher pendant des mois sont rares aujourd’hui.

Mais aujourd’hui, alors que la plupart des gens utilisent ou twitter, ou facebook ou un blog, les sites se mettent à jour très régulièrement, ce qui impliquent une interface d’administration simple, mais aussi des menus dynamiques, des liens entre les pages. Pouvoir créer facilement des sous-rubriques. Pouvoir modifier des images, des textes, créer des pages sans avoir besoin de se connecter par http://FTP...

Est-ce que Muse répond à tout cela ?

Sinon Muse va être vite coincé entre dreamweaver et des solutions comme wordpress, joomla, spip.

Au moins il fera concurrence à frontpage 🙂

Répondre
Philippe Gerard

Philippe Gerard Il y a 7 années

Merci Gilles pour ce commentaire avisé (et cet hommage à Frontpage, RIP 😉 Muse reste en effet un éditeur de site et non un CMS (comme WordPress ou Joomla) et ne saurait les concurrencer, en terme de fonctionnalités, du moins dans la version beta présentée… Mais Muse permet de réaliser facilement des sites simples (qu’Adobe propose d’ailleurs d’héberger sur sa plateforme) avec une interface très familière pour les graphistes. Cela dit, le lancement d’un nouvel éditeur web — et non du CMS que l’on aurait pu attendre — aux côtés d’un Dreamweaver déjà existant laisse en effet un peu perplexe sur les choix d’Adobe…

Répondre

Olymoon Il y a 7 années

Une possibilité serait d´intégré Muse dans Dreamweaver comme un choix d´interface, tout en maintenant muse tout seul comme produit « starter » moins cher. Tout dépend du prix de commercialization.
Par ailleurs, on peut aussi imaginer un plugin à part, pour ajouter la fonction d´édition directe en ligne…
Évidement, ce ne sont que des suppositions.

Répondre
Philippe Gerard

Philippe Gerard Il y a 7 années

Point de vue intéressant… On verra ce que nous réserve la CS6 dans laquelle sera a priori intégré Muse!

Répondre

joelle Il y a 4 années

muse est-il un logiciel gratuit ?

Répondre
    Philippe Gerard

    Philippe Gerard Il y a 4 années

    Seule la version d’essai est gratuite, le logiciel fait partie de la creative cloud d’Adobe.

Philippe Il y a 4 années

j’ai l’impression de voir une guerre entre les taxis et Uber Pop.
Je suis graphiste et je ne m’intéresse absolument pas à la programmation que je trouve pas très sexy.
Mais je pense qu’il a une utilité pour des commerces de proximités qui n’ont pas de visibilité sur le net.
Faire un site Internet avec Dreamweaver pour une boulangerie ou autres, je trouve çà compliqué voir stupide. Muse permet d’avoir une vitrine sur le net, avec un univers personnalisé sans pour autant taper dans le dur de la programmation. Evidement pour des gros sites de ventes en ligne, Muse n’a aucun intérêt.

Répondre
    Philippe Gerard

    Philippe Gerard Il y a 3 années

    En effet Philippe, Muse est clairement destiné aux graphistes pour réaliser des sites simples mais efficaces sans avoir à passer par la programmation; c’est une bonne opportunité pour les graphistes « Print » qui veulent compléter leurs prestations et ajouter une compétence « web » à leur palette (sans forcément proposer un service de VTC 😉

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.