3 outils pour votre communication visuelle

Par le 22 octobre 2018

La communication visuelle s’appuie sur trois composantes essentielles : la typographie, l’image, et la couleur. Avant de démarrer la conception d’un document, imprimé ou en ligne, il est utile de maîtriser le langage et l’expression de ces trois sources de la communication graphique. Voici quelques conseils et outils pour faciliter la conception de vos publications.

communication visuelle

Les logiciels de PAO (Photoshop, Indesign, Illustrator) permettent de retoucher des photos, d’illustrer des documents et de réaliser des mises en page élaborées. Mais ils n’apportent pas d’indication sur la mise en forme…

Pourquoi la communication visuelle est-elle aussi importante dans le marketing ?

La communication visuelle favorise la mémorisation. L’image va au-delà des barrières de l’écrit, des langues et des différences sociales. Elle permet une rétention efficace de l’information chez l’individu. Les visuels concis et clairs interpellent le lecteur. Ils transmettent des messages, séduisent et influencent les clients. Leur but est de promouvoir l’entreprise, aussi bien l’enseigne que les produits.

Le numérique tient une place majeure dans la vie de tous. Par conséquent, les entreprises se doivent d’être présentes sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, les statistiques sont éloquentes : une information publiée au format image est partagée 40 fois qu’un simple texte.


À lire >> 7 contenus visuels originaux pour votre communication digitale


La composition de l’image : structurer avec la règle des tiers

Premier ingrédient d’une mise en page réussie : l’image. Quand vous avez à intégrer une image dans votre document papier ou votre page web, il est capital de lui donner le maximum d’impact. D’abord en choisissant l’image qui aura le plus de valeur informative, ou émotionnelle, et ira dans le sens de votre message écrit, celui du titre en particulier. Outre les réglages techniques (luminosité, contraste, couleurs) qui vont en renforcer l’attrait, vous devez surtout veiller à composer l’image.

Pour cela une règle simple et éprouvée, celle des tiers. Il s’agit d’établir 3 lignes de forces, verticales et horizontales. A la croisée de ces lignes vous obtenez des points de force à utiliser pour positionner les éléments-clés de votre image.

Un outil gratuit pour cadrer et retoucher vos photos avec cette grille de composition : editor.pho.to.


À consulter >> 3 banques d’images gratuites et libres de droits


La typographie : choisir ses polices

Deuxième élément d’une mise en page print ou web. Effectivement, la typographie permet de donner son « caractère » au sens propre comme au figuré à une publication. Les choix typographiques conditionnent le document en ajoutant une valeur formelle aux messages portés par la forme des lettres utilisées. Une première distinction consiste à repérer la présence – ou non – d’empattements (les traits visibles aux extrémités des lettres). Les polices se classent donc en deux familles de caractères Serif (empattement) et Sans Serif (sans empattement). A titre d’exemple, on trouvera dans ces deux catégories les polices suivantes :

SERIF : Times, Garamond, Palatino,…

SANS SERIF : Arial, Helvetica, Verdana,…

En pratique : les polices sans empattement sont plus adaptées au web. Plus lisibles et plus cohérentes avec le format carré des « pixels  » des écrans, elles sont plus faciles à lire.

A l’inverse, les polices à empattement sont plus adaptées aux documents imprimés. Les empattements rendent la lecture plus fluide et rapide.

Pour vous inspirer, rendez-vous sur le site Dafont. Des polices spécifiques sont téléchargeables dont beaucoup sont gratuites. Vous y trouverez la classification Serif/Sans Serif dans la catégorie « basiques ». Les polices sont classées par thème (Techno, Script, Gothique,…) pour vous aider à trouver celle qui correspondra à l’ambiance de votre document.


Familiarisez-vous avec les réseaux et les médias sociaux avec la formation : les fondamentaux du digital et des réseaux sociaux


Les coloris : choisir sa palette de couleurs

Ne multipliez pas les couleurs dans un document ou un site web. Cinq couleurs maximum. Trois couleurs peuvent même amplement suffire :

  • une couleur principale,
  • une couleur d’accompagnement
  • et une couleur tonique pour accentuer les messages.

Au-delà de 5 couleurs, votre document perdra en cohérence et en lisibilité.

La couleur doit être porteuse de sens et apporter de la lisibilité au texte. Pour définir les couleurs de votre publication ou de votre site, le plus efficace consiste à créer une palette que vous réutiliserez tout au long du document.

Un outil gratuit pour créer une palette de couleurs : Adobe Color vous permet de créer votre gamme colorée à partir d’une roue chromatique.

Une fonction permet aussi de générer une palette de couleurs à partir d’une photo. Très utile pour reproduire une ambiance colorée. Une galerie propose également d’explorer et de choisir parmi des palettes existantes.

Un autre site pour vous inspirer de palettes déjà créées : Colourlovers.

Pour vous appropriez ces nouveaux outils de communication dans le cadre d'une stratégie digitale adaptée, je vous propose la formation CEGOS Stratégie de communication digitale sur les médias sociaux

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Mélanie Il y a 2 années

Bonjour,
Article très enrichissant qui peut être relayer par ceci https://www.communication-evenements.com/zoom-sur-la-publicite/ pour poursuivre la lecture

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.